Exposition photo de Vadim Trunov : Histoires de forêt

L’exposition « Histoires de forêt » de Vadim Trunov (Voronej, Russie) est composée d’images réalisées au cours de plusieurs années. Les écureuils et les souris de forêt sont les modèles du photographe, chaque cliché raconte une histoire grâce à la de mise en scène de ces petits animaux. Ils ont été pris en photo dans leur environnement naturel, mais certaines situations n’existent pas dans la vie d’animaux sauvages, elles ont été inventées par le photographe.

 

VadimTrunov-6414-0Vadim Trunov, autodidacte, passionné de macrophotographie et de photographie animale, il est lauréat de nombreux prix et concours.  Ses images ont fait objet de nombreuses publications en Russie et à l’étranger.
Le site du photographe : https://500px.com/vadimtrunov

Comment ces photos ont été prises ?

Je vais décrire brièvement comment j’ai réalisé certaines de ces images. Début octobre, j’installe quelques mangeoires sur un arbre, dans la forêt, j’y mets des noisettes et des graines. Il faut également distribuer un peu de pâture autour de l’arbre, pour que l’écureuil puisse trouver le mangeoire plus facilement, mais aussi pour qu’il se déplace par terre autour de cette arbre et non seulement par ses branches.

Quelque temps après, les écureuils trouvent le mangeoire. S’il contient assez de pâture, ils reviendront plusieurs fois : l’hiver s’approche et il y a de moins en moins de nourriture dans la forêt. Peu à peu les écureuils s’habituent, ils viennent chercher à manger régulièrement. Mésanges, sittelles, pies, piverts, geais sont aussi au rendez-vous. 

Il est important d’approvisionner le mangeoire mais aussi d’assister aux repas pour que les animaux s’habituent à la présence humaine. Les écureuils doivent faire l’association entre l’homme et la nourriture, il faut qu’ils comprennent, que c’est moi qui leur donne à manger. 1 à 3 semaines plus tard, ils ont beaucoup moins peur de moi, je peux commencer à photographier. Je pourrais me passer de cette étape préparatoire, mais j’aurais beaucoup plus de mal à mettre en scènes les animaux. Cela me permet de faire venir les animaux au même endroit précis et de les habituer à ma présence pour qu’ils n’aient que très peu ou pas du tout peur.

Ensuite, j’imagine des méthodes de réalisation et des scènes que les oiseaux et les autres animaux vont jouer. Pour cela il faut bien étudier leurs habitudes, leurs comportements particuliers. En disposant la pâture de telle ou telle manière, on peut prévoir la position de l’animal dans l’espace. Par exemple, pour la scène « Ecureuil et Bonhomme de neige » j’ai installé le bonhomme de neige sous un arbre avec un mangeoire, j’y ai laissé quelques noisettes. L’écureuil les a trouvées et a commencé à inspecter le bonhomme de neige. L’écureuil aime aussi les carottes donc je savais qu’il allait prendre la bonne position pour mon cliché.

Vadim Trounov, nov.2018, tradition de Natalia Taravkova

En parallèle de cette exposition, une projection de photos de Vadim Trunov sera proposée aux visiteurs de Cosmopolis. Vous pourriez y découvrir d’autres images de ce jeune photographe.