Dame nature : une égérie russe

Jeudi 20 décembre, 18h30, entrée libre

Sur la place de la nature dans le cœur et l’œuvre des écrivains russes. Une histoire contée par Yves Gauthier.

« La nature n’est pas un temple, mais un atelier, et c’est à l’homme d’y travailler ». Ainsi parlait Bazarov, héros nihiliste d’Ivan Tourgueniev, au XIXe siècle. À l’heure de l’industrialisation, beaucoup d’auteurs russes cultivèrent cet esprit utilitariste : domptons les éléments naturels et faisons-les travailler au profit de l’homme. C’était « l’usine » contre « le temple ». « À bas le joug impudent de la nature ! » tonnait Maïakovski (1921). « Déclarons la guerre à la nature ! » renchérissait Gorki (1931). Et pourtant, la littérature russe sut défendre la nature grâce à une pléiade d’écrivains passionnés, ivres de beauté originelle et pétris de pensée rousseauiste, qui forgèrent des mots « sublimes et mélodieux » pour la sauver, selon l’aveu de ce même Gorki. Résultat, le mariage très russe, de l’écologie et de l’écriture qui n’a jamais cessé de faire de beaux enfants, de Léon Tolstoï, patriarche du genre romanesque, à Valentin Pajetnov, sauveur d’ours de notre temps, en passant par le Dersou Ouzal de Vladimir Arseniev, le Pays des oiseaux sans peur de Mikhaïl Prichvine ou les Ermites dans la taïga de Vassili Peskov.
Yves Gauthier, qui a traduit et bien connu nombre de ces auteurs, évoquera leurs aventures, leurs idées, leurs livres et leur lutte moderne pour la communion de « Dame nature » avec la société des hommes.

unnamed-68Yves Gauthier
Né en 1960, Yves Gauthier s’est orienté vers l’étude du russe et a séjourné pendant un quart de siècle en Russie comme « naufragé volontaire ». Traducteur de plusieurs dizaines d’ouvrages du russe, il révèle un penchant marqué pour la littérature de découverte (N. Mikloukho-Maklaï, V. Arséniev…) et pour la Sibérie à travers le Tchouktche Y. Rytkhèou (Unna, L’Étrangère aux yeux bleus, La Bible tchouktche, Le Miroir de l’oubli), les Russes O. Ermakov (Pastorale transsibérienne) et V. Peskov (Ermites dans la taïga, Des nouvelles d’Agafia). Le thème de la nature sauvage culmine dans sa traduction de V. Pajetnov : Avec les ours, 1998, L’ours est mon maître, 2016. Yves Gauthier est aussi l’auteur d’une douzaine d’ouvrages. On y retrouve l’Asie russe avec L’Exploration de la Sibérie (1996, 2014) ou Le Centaure de l’Arctique (2001). Il a signé la biographie Youri Gagarine, ou le rêve russe de l’espace (1998, 2015), le roman Moscou sauvée des eaux (2007), et, en 2015, le livre-portrait Vladimir Vyssotski, un cri dans le ciel russe. A paraître en mars 2017 : son roman Souvenez-vous du Gelé, Un grognard prisonnier des Russes, chez Transboréal, simultanément en russe (Moscou) chez Rudomino.

Plus d’infos sur le site de la maison d’édition Transboréal.

Une deuxième rencontre avec Yves Gauthier le 21 décembre à 15h30.